Ayant toujours été une chercheuse de vérité, je m’en suis remise dans un premier temps au savoir classique universitaire, découvrez mon parcours.

Sans chercher à valider tous les enseignements que je suivais, j’ai ainsi d’abord étudié différentes branches en sciences humaines (comme la sociolinguistique, l’éthologie, mais aussi la psychopathologie fondamentale, l’anthropologie clinique, la psychologie expérimentale, la psychosociologie, etc !).

->6 ans en sciences humaines (entre autres, obtention d’une « maîtrise en psychologie » à l’Université de Rennes 2).

Souhaitant aller au-delà du métier de psychologue ou psychothérapeute, j’ai ressenti le besoin de compléter mes études avec des enseignements du corps « matériel », biologique, physiologique. Comme j’avais un baccalauréat littéraire, j’ai fais une mise à niveau scientifique (des cours de mathématiques, physique, chimie, biochimie et biologie). Et je me suis lancée dans un cursus de 2 ans pratico-pratique, en B.T.S. Diététique par correspondance, avec stages en présentiels. J’ai vécu un stage unique avec Brigitte Fichaux-Mercier, diététicienne connue pour ses cours et livres sur la cuisine avec la diversité des denrées brutes biologiques. Et puis j’ai effectué d’autres stages, où j’ai réalisé comment le métier de diététicien en France était malmené : en structures collectives en particulier. En effet, bien qu la nourriture soit un « carburant » essentiel du corps, j’ai pu me rendre à quel point ce fait est assez dénigré voire méprisé.

->3 ans de sciences « dures » (entre autres, obtention d’un B.T.S., diplôme d’ ÉTAT, en diététique, à Bordeaux).

La science m’intéressait toujours autant mais j’ai commencé à être un peu plus sceptique vis-à-vis de certaines dites « vérités ».

Alors que j’avais trouver du travail dans différents structures éducatives et sociétés de conseil en alimentation,  j’examinais la diversité des discours, positionnements : je constatais que des savoirs bien vendus étaient en réalité très relatifs, contextualisés, orientés.

Alors que je croyais encore dans les institutions, j’ai quand même voulu aller un peu plus loin par rapport à mes interrogations…

->2 ans en master à étudier l’histoire des sciences et des techniques.

Différentes lectures avant ces années de master et pendant, notamment pour mon sujet de mémoire, m’ont permis de comprendre, un peu mieux le monde dans lequel je vivais.

Et j’ai réalisé qu’il fallait s’éloigner de la pensée unique et diversifier mes sources le plus possible. J’ai confronté minutieusement les arguments, les positionnements subtils afin de développer un discernement nécessaire.

J’ai pris connaissance et étudié des travaux de scientifiques méconnus comme Jacqueline Bousquet, Jeanne Rousseau, Jacques Benvéniste, Antoine Béchamp, pour donner quelues noms.

Peu à peu, j’ai pu saisir d’autres critères de scientificité. Et j’ai senti le besoin d’aller vers l’expérience, davantage encore, profonde et intérieure, relié aux éléments, élémentaux, élément-TERRE (…).

->Plusieurs mois d’expérimentations d’enseignements énergétiques et spirituels (notamment ceux du Dr G. P. Grabovoï)

Je suis alors passée par différentes initiations, liées à des médecines énergétiques et spirituelles, des pratiques d’expression corporelle, des philosophies ésotériques. Et j’ai commencé à sentir ce qui était juste, qui avait le plus de sens pour moi, de bon sens, passant par nos simples sens…enfin !

Ma quête se poursuit, car elle est sans doute infinie, tout comme l’infinitude de notre univers. Cependant, même si j’accueille chaque position, prise de parti, je cultive le scepticisme, afin de créer l’expérience, seule garante de nos vérités.

Il s’agit pour cela de dépasser ses croyances, les identifier comme telles d’abord, puis accepter de les confronter à ce qui se passe dans notre réalité ; c’est créer le changement, le mouvement perpétuel, la vie !

Actuellement, pratiquante du Kundalini et du Tantra yoga, de diverses méthodes de libération corporelle, artistique et énergétique, et toujours à la quête de la Source !

 

Ayant veillé à me former, m’informer, mais aussi me déformer dans mes croyances, sur l’alimentation,  particulièrement, et après être passé par du coaching de vie et différentes expériences me préparant à être à mon compte, je propose désormais mes services bien spécifiques.

Ce qui m’a inspiré et constitue encore mes sources d’inspiration sont les médecines et diététiques traditionnelles (hippocratiques, ayurvédiques, chinoises), la naturopathie. La démarche que je propose comprend la vision de la médecine symbolique, ou bien encore celle de la médecine informationnelle et quantique, russe en particulier, que j’aime pour son ouverture au spirituel et à l’énergétique, tout en étant dans des protocoles d’expérimentations extrêmement rigoureux.

Étant ouverte à ces différents points de vue, car y trouvant des fondements bien solides et qui font écho à des lois universelles, l’objet de mon accompagnement ne peut qu’être holistique, sans frontières et basé sur d’autres axes que les aliments physiques. La nutrition holistique ou globale, c’est celle qui s’explore sur tous les plans, physique, mais aussi émotionnel et symbolique, mental et spirituel, énergétique dans le sens le plus large possible.

baudet karine

A VOTRE SERVICE !